• Alexandra Carrière

Comment garder nos bébés anges en mémoire

En septembre 2019, j'ai eu le bonheur d'annoncer à mon conjoint que notre famille allait s'agrandir. Après presque 1 an d'essais, j'étais enfin de nouveau enceinte! Tout de suite, on a commencé les démarches avec la sage-femme pour un suivi, c'est avec elle que j'ai confirmé la grossesse. On était tellement heureux! Cet été, tout ce que j'ai de cette grossesse ce sont des émotions douloureuses et ce magnifique bracelet.


Ça faisait un mois que cette nouvelle vie me comblait déjà de joie. Puis j'ai commencé à avoir des saignements le soir de l'Halloween. J'ai appelé la sage-femme le lendemain et elle m'a annoncé que je faisais assurément une fausse-couche. Coup de masse. Je me suis tout de suite mise à pleurer, ça m'a tellement fait mal! Je refusais d'y croire, mais je ne pouvais pas attendre « d'expulser » pour avoir la confirmation. J'avais quand même une petite lueur d'espoir au fond de mon cœur!


J'ai tout de suite appelé mon chum en pleurant. À cette époque, Léo ne fréquentait aucun C.P.E. alors mon conjoint s'est empressé de rentrer prendre soin de nous deux. Nous sommes allés attendre tous les trois à l’hôpital, parce que dans ces moments-là, on veut être pris en charge! Plusieurs heures d'attente, une prise de sang, un « check-up » et une écho plus tard, le docteur m'a confirmé que ma grossesse s'était arrêtée depuis 2 semaines. Je suis tombée dans le vide. J'avais autant de peine, mais plus de faux-espoir.


Mon fils d'environ 18 mois a essuyé une larme sur ma joue et s'est blotti dans mes bras. J'ai trouvé ça attendrissant et déchirant.


Quand elle est revenue, j'ai demandé à l'infirmière si j'allais avoir mal au ventre. Elle m'a répondu que ce ne serait pas pire que des règles. J'imagine qu'on réagit tous différemment à la douleur. De retour à la maison, j'ai commencé à avoir des contractions, j'avais tellement mal que je suis finalement retournée à l'urgence, cette fois-là seule. J'avais déjà fait vivre une journée terrible à mon fils, je l'ai laissé dormir. Je me suis tellement sentie seule à pleurer dans une salle d'attente presque vide, j'avais tellement mal que je n'arrivais pas à rester assise. Je vous le dis, c'était des contractions, la seule différence par rapport à mon accouchement, c'est que mon utérus était sensiblement à sa place d'origine, donc la douleur irradiait plus dans mon âme que dans mes côtes.


J'ai fini par accoucher mon bébé minuscule dans un stationnement dans ma serviette sanitaire le lendemain, parce que la vie devait continuer. Je l'ai nettoyé, je lui ai dit adieu et je l'ai « flushé », tout bêtement.


Tout novembre m'est complètement flou.


J'ai cherché sur internet un bijou qui me serait significatif. J'ai vu sur un site chinois, un bracelet tout délicat avec la constellation du scorpion. Je n'ai jamais commandé et j'en n'ai jamais parlé à personne, mais un mois plus tard ce bracelet était dans ma boite aux lettres. J'ai frissonné et je l'ai vraiment senti comme un clin d’œil de cet enfant perdu à jamais. J'ai pu porter ce bracelet quelques mois puis il s'est brisé.



Avant que je sois de nouveau enceinte, on avait parler d'un voyage dans l'ouest canadien. J'ai donc mis toute mon énergie dans la planification de ce voyage. Ça me donnait un impression de contrôle sur ma vie, ça été libérateur et motivant.


En janvier, je suis à nouveau tombée enceinte, mais cette joie n'a durée qu'une seule semaine. Ce deuxième événement difficile m'a apporté à la fois une sensation de vide immense et une motivation nouvelle. J'ai temporairement tourné la page sur le projet « bébé deux ». J'ai alors mis les bouchées doubles dans la planification du voyage en Alberta!

En mars, il ne manquait plus que les réservations. Fouillez-moi pourquoi, mais on a dû abandonner ce projet de voyage! Forcés au confinement, notre roadtrip a été annulé.

Tu sais les fameuses blagues des bébés confinement, ça aurait pu nous arriver! J'ai eu une semaine complète de plusieurs symptômes de grossesse où j'étais à mille pour cent sûre d'être enceinte. J'ai eu deux testes de grossesse avec un plus super pâle. Donc quand mes règles se sont pointées, nous étions encore une fois dévastés.


Enfin le gouvernement a annoncé que le tourisme québécois allait être possible cet été. Un vent d'espoir nous a réveillé et en deux semaines, j'avais planifié et fait toutes les réservations pour notre fameux voyage 2020. Enfin ce voyage si important allait avoir lieux, entre-autre, parce que j'allais ni être grosse comme une baleine ni avoir un nouveau né.

Comme mon précédent bracelet venait de briser, j'avais un objectif durant ce voyage significatif. Je voulais un bijou qui représenterait tout ce parcours. J'ai scruté chaque boutique dès le départ, j'ai observé tous les bijoux. Dans un commerce au Saguenay, j'ai eu un nœud dans la gorge en voyant un collier dont le pendentif était un arbre de vie. Je ne l'ai pas pris parce que j'ai senti une hésitation, comme si ce n'était pas encore ça. J'ai trouvé le bijou PARFAIT lors de notre dernière journée en Gaspésie. Quand je l'ai vu, j'ai eu les larmes aux yeux. Je suis sortie du magasin en l'enfilant et j'avais vraiment envie de pleurer. C'est ce bracelet québécois, avec 3 breloques. Une aile d'ange, un cœur avec deux empreintes de pieds et la breloque du centre a d'un côté un arbre de vie et de l'autre c'est inscrit : « Les anges de nos vies. »



Ce bracelet est tellement lourd de sens, mais me permet de me sentir si légère! Je trouve important que ces petits anges jamais nés aient une place dans nos vies.


J'espère que si tu en avais besoin, mon histoire t'as apportée du réconfort. As-tu ça toi aussi, un objet, un tatou ou quelque chose qui t'aide à faire un deuil?

Salut! Merci pour l'intérêt que tu portes au Blog!

Si tu veux en savoir plus sur notre famille nombreuse, je t'invite à découvrir chaque membre de notre famille en cliquant ici!

  • Facebook
  • Instagram

Abonne-toi pour recevoir les articles de Famille Extra Large à chaque semaine avant tout le monde!

À propos du blog.

Stéfanie Prince, maman d’une famille nombreuse, créatrice du blog Famille Extra-Large. Je rêve d’une communauté tissée serrée, de familles, de mamans, de papas qui osent prendre la parole pour partager leur vécu ou leur opinion. Je me suis entourée d’une belle équipe de collaboratrices, et j’adore les découvrir un peu plus chaque semaine avec leurs écrits!

Collaboration et partenariat.

Communiquez avec moi par ici pour avoir plus de détail ou via l’onglet :

© 2020 Par Stéfanie Prince, Famille Extra-Large