• Stéfanie Vincent

Et si c'était égoïste d'avoir plus d'enfants?

Une belle musique acoustique joue dans la cuisine, je prépare les repas de la semaine un verre de vin à la main. J’entends mon chum courir après mon fils pour le chatouiller, le bébé rit des grimaces de sa grande sœur. Tout le monde est heureux, tout le monde semble avoir trouvé son équilibre après les derniers mois qui ont été plutôt olé olé avec l’arrivée de notre 3e enfant. On recommence à vivre et non pas à survivre nos journées. On s’amuse, on fait des activités en famille, on se trouve des moments individuels avec chaque enfant, on se trouve des moments de couple, des moments avec les amis. La vie est belle, le temps est bon. On se croirait dans un vidéoclip d’une bonne chanson sur le bonheur. N’est-ce pas beau tout ça ?



Dire qu’il n’y a pas si longtemps, toutes les activités quotidiennes en famille étaient très difficiles, par manque de motivation, d’énergie et de sommeil.

Dire qu’il n’y a pas si longtemps, moi et chéri n’étions pas capable de trouver du temps pour nous, parce qu’il y avait toujours un enfant qui ne dormait pas, un imprévu, du sommeil à rattraper ou une pile de 3 jours de vaisselle à faire.


Dire qu’il n’y a pas si longtemps (lire ici 1 semaine…), nous avions des nuits très entrecoupées par un beau (et très éveillé) bébé qui avait soudainement plein de besoins à combler.


Tout ça, c’est très récent ! À peine 1 semaine que nous dormons nos nuits complètes depuis février dernier ! À peine quelques mois que nous avons retrouvé un équilibre relativement normal. Et si on ajoute à ça ma grossesse qui m’a légèrement (beaucoup) ralentie, on remonte à juin 2018 les dernières fois où nous avions une aussi belle harmonie familiale. Les enfants ont vécu mes changements d’humeurs, mes impatiences, mes journées pendant lesquelles j’étais couchée sur le divan à attendre d’accoucher, mes journées difficiles à l’arrivée de bébé. Mon chum a vécu intensément mes hormones, ma libido aussi existante que celle d’une roche sur la planète Mars, mes craving de Caramilk la nuit et de Pringle le matin, mes douleurs, mon épuisement, ma frustration d’être « pognée » dans mon corps …


Quand j’y repense, je me rappelle à quel point je n’aime pas tant ça être enceinte finalement! Même que je dirais que j’haïs ça encore plus à chaque grossesse ! Je ne considère pas avoir eu des grossesses terribles si je me compare à beaucoup d’autres, mais je déteste le sentiment de ne pas contrôler mes humeurs, d’être incapable d’être aussi efficace, d’avoir mal partout. Mais… Il y a un mais…


« En veux-tu un autre… ???? »

Ehhhh boboye… !! C’est là que le fun commence ….!

« Je ne sais pas… on verra ! »


Mais on verra quoi la mère ?! Voici un aperçu de ce qui se passe dans ma tête à CHAQUE FOIS qu’une personne me pose la FAMEUSE question! Notons ici que la question, je me la fais demandé au moins 42 fois par jours, autant par les collègues du bureau que par la famille, en passant par la madame à l’épicerie quand j’emballe ma commande d’épicerie dans mes 18 sacs.


Mon cerveau me cri d’arrêter ça tout de suite ! Voyons-toi ! As-tu vraiment envie d’avoir mal partout, de ne plus manger parce que tu as trop mal au cœur, d’avoir une bédaine grosse comme la planète Jupiter (qui est la plus grosse planète en passant!) ? Je t’en supplie, arrête-moi ça tout de suite ! Chéri commence à peine à se remettre de tes sautes d’humeurs, les enfants peuvent jouer avec leur maman en forme et reposée (moins zombie, disons le ainsi !), bébé dort la nuit et tu viens à peine d’arrêter de faire pipi dans tes bobettes quand tu éternue ! Pense à toi la mère, pense à l’équilibre que tu as en ce moment! Pense à ton budget, c’est cher élever des enfants ! Pense à ta maison : il n’y a que 3 chambres, faut leur trouver de la place à ces enfants-là. Pense à ton pauvre corps qui trouve ça difficile porter un enfant pendant 9 mois. Pense à ton hémorragie post-accouchement : tes enfants ont besoin de leur mère. Faudrait pas risquer des complications après ton accouchement. Et si jamais il arrive un accident et que tes enfants sont orphelins, qui va s’en occuper de tes 4 enfants ? Les familles nombreuses, ça prend de la place quand ça débarque chez la visite ! Pis t’as rien vu encore la mère : ces enfants là vont devenir adolescents, le fun que tu vas avoir à gérer 4 ados en même temps ! Et que dire des microbes : une gastro pour 4 enfants en même temps, aller à la clinique médicale pendant 1 mois parce qu’ils sont malades chacun leur tour pendant 1 semaine…


Arrrrrgggggghhhhhh !!!


Pis y’a l’autre ptite voix qui me chuchote : oui j’en veux un autre ! Pourquoi ? Euh…. Parce que MOI, j’en veux un autre ! Aucun autre argument valable sauf le fait que j’ai envie d’ajouter un membre à notre famille pour lui offrir tout mon amour.


Tsé… vivre MOI-MÊME tous les inconforts de la grossesse et du post-accouchement,je m’en fiche pas mal ! Je n’aime pas être enceinte mais rendu là, avoir des enfants, c’est un don de soi. Quelle mère ne se fait pas passer à la toute fin de ses priorités après ses enfants ? Mais faire vivre À MES ENFANTS tous les contrecoups de cette difficile étape ? Chéri est d’accord d’avoir un autre bébé si j’en veux un autre. Il n’y tient pas mordicus non plus donc si la famille est terminée à mes yeux, il est d’accord avec mon choix également.

Sachant que mon choix d’avoir ou pas un autre bébé viendra ASSURÉMENT ébranler l’équilibre de mes enfants et de chéri, est-ce que je suis égoïste de vouloir quand même un autre bébé ? Je n’ai aucun autre argument sauf mon horloge qui fait Tic Tac … le poids de ma raison qui cri non avec tous ses arguments pèse pesant dans la balance comparée à ma petite voix qui me chuchote oui avec pas d'arguments!


Mais être une maman, c’est déjà de se donner à 1000% à ses enfants, corps et âme littéralement. Être maman, c’est un don de soi, c’est tout le contraire de l’égoïsme.

Et si ce don de soi devenait égoïste ? Vouloir un autre enfant, c’est me faire passer en premier, faire vivre à mes enfants un déséquilibre par ma faute, à cause de mon besoin d’avoir un autre bébé ?


La vie de parents, c’est tellement contradictoire parfois ! On vit des moments magiques, on vit des moments difficiles la seconde d’après. Nos colères et frustrations sont 1000 fois pires que l’imaginable, mais nos bonheurs sont au-delà de tout ce qu’on espérait. Et que dire de l’inquiétude parentale qui nous ronge et qui pèse pesant sur nos épaules! Est-ce que je veux un autre bébé ? « Peut-être que non… » Mais le « peut-être que oui », si petit soit-il, me donne envie de me lancer à pieds joints dans l’aventure du nouveau bébé encore une fois ! Est-ce que je suis égoïste pour autant ?! Peut-être que oui, peut-être que non !


Cette question restera sans réponse pour le moment. Est-ce que c'est aussi difficile à répondre à cette question pour vous aussi ?

Salut! Merci pour l'intérêt que tu portes au Blog!

Si tu veux en savoir plus sur notre famille nombreuse, je t'invite à découvrir chaque membre de notre famille en cliquant ici!

  • Facebook
  • Instagram

Abonne-toi pour recevoir les articles de Famille Extra Large à chaque semaine avant tout le monde!

À propos du blog.

Stéfanie Prince, maman d’une famille nombreuse, créatrice du blog Famille Extra-Large. Je rêve d’une communauté tissée serrée, de familles, de mamans, de papas qui osent prendre la parole pour partager leur vécu ou leur opinion. Je me suis entourée d’une belle équipe de collaboratrices, et j’adore les découvrir un peu plus chaque semaine avec leurs écrits!

Collaboration et partenariat.

Communiquez avec moi par ici pour avoir plus de détail ou via l’onglet :

© 2020 Par Stéfanie Prince, Famille Extra-Large