• Sophia Daraîche

Perdre ma mère à 12 ans

L'année de mes 12 ans fut assez intense. Cette année-là, je terminais mon primaire. J'avais été accepté en profil enrichi pour la première année de mon secondaire. Durant l'hiver, j'avais rencontré mon père officiellement pour la première fois. Lui, sa conjointe, ma demi-soeur et mon petit frère. Cet été-là, j'ai même été bouquetière à leur mariage.

Le 3 août 2003, ma vie à complètement chavirée. Ce genre de moment où on s'y attend pas du tout. À l'époque, je passais mes étés chez mes grands-parents en Gaspésie, dans mon petit village natal de La Martre. J'ai toujours été énormément proche d'eux. Ce matin-là, je me suis réveillée dans les alentours de 8h30. Il faisait beau, le soleil brillait et les oiseaux chantaient. Quand j'ai descendu les escaliers, j'y ai vu toute ma famille. Tout le monde pleurait. À peine assise, ma grand-mère me demanda si j'avais bien dormi. Évidemment, je n'avais aucune idée de l’hécatombe qui me tomberait sur la tête dans les minutes qui allaient suivre. Elle a ensuite poursuivi en me disant ''Fille, ta mère a eu un accident hier''. Elle était partie en voyage à moto avec son conjoint et des amis motocyclistes. Bon, je m'en fais un peu, mais comme elle avait eu un accident quelques années plus tôt, j'ai simplement demandé si elle était blessée. ''Non fille, ta mère est morte''.


Ma mère et moi, en 1991.

À partir de ce moment précis, mon monde a subitement cessé de tourner. L'information fut longue à assimiler. Tellement que, il y a un an, j'ai réalisé que ma perception de cette journée-là était totalement erronée. Mon cerveau a littéralement bloqué certaines informations, modifier mes souvenirs dans le seul et unique but de me protéger.

Tout ce dont je me souviens, c'est d'être remonté à ma chambre, suivi de près de mon petit cousin et de ma tante. Celle-ci m'a jasé, m'a consolé. Mon cousin m'a lâché un truc du genre ''c'est comme si elle s'était dit que maintenant qu'elle connaît son père, je peux m'en aller''. Je ne me rappelle pas ce que je lui ai dit, mais de toute évidence, ça n'avait pas fait mon affaire et je me souviens très bien avoir eu envie de lui faire débouler les escaliers.

Les semaines qui ont suivi furent aussi intenses. En plus de devoir apprendre à jongler avec ces émotions-là, je devais déménager à 8 heures de chez moi, on devait gérer la curatelle publique, procéder au transfert d'école, et surtout, gérer tout le merdier qui entourait son décès. Elle est décédée au Nouveau-Brunswick, et les lois sont différentes de l'autre côté de la frontière. On a dû aller en cours contre les assurances, qui refusaient de payer sous prétexte que son taux d'alcool dépassait la limite permise (elle avait bu deux bières la veille de l'accident, et c'est arrivé dans les alentours de midi. Ça aura prit trois ans pour que le coupable passe en justice et reçoive sa sentence : une amende de 1 500 $. Pour avoir tué deux personnes (mon beau-père est également décédé cette journée-là), et en avoir blessé trois autres. Sans oublier qu'il a abandonné sa conjointe dans un véhicule en proie des flammes.

À tout ce beau cocktail d'émotions, ajoutez une rentrée au secondaire, la préadolescence, le retour de la ''ville'' (nous habitions à Carignan depuis quelques années) vers la Gaspésie, dans un petit village d'environ 500 personnes.

J'ai eu, malgré tout, énormément de chance. J'y ai retrouvé de vieux amis avec qui j'avais perdu le contact. Je m'en suis fais des nouveaux. Ma demi-soeur était en même année que moi. J'étais très bien entourée.

Avoir eu des enfants m'a toutefois fait réaliser que je n'avais jamais complété mon deuil, même s'il s'était écoulé plusieurs années. Par exemple, je me souviens qu'un peu avant son 3e anniversaire de décès, j'avais retrouvé ma clé de maison, disparue depuis bien longtemps. Mon premier réflexe a été de crier à ma grand mère : Appelle maman, j'ai retrouvé la clé ! J'ai vécu une émotion similaire lorsque j'ai appris ma première grossesse, en 2013. Et à quelques occasions également. Enceinte, notre maman est notre référence. Moi, mes références ont été des amies, mon ancienne belle-mère et ma grand-mère.


Ma mère, environ un an avant son décès.

Aujourd'hui, j'arrive à 30 ans. Mon deuil commence tout juste à se faire, près de 17 ans plus tard. Mais, chaque année, j'ai ce goût amer qui arrive en même temps qu'août. Malgré tout, je me suis promis que mes enfants connaîtraient leur mamie poule. Sa photo est accrochée à la maison, ils connaissent son histoire et mon plus vieux m'en parle souvent.

J'ai envie de terminer en vous disant ceci : profitez de vos mamans pendant que vous en avez l'occasion. On n'est jamais prêt de les perdre, qu'on ait 12 ou 70 ans. Profitez de chaque occasion pour les enlacer, les embrasser. N'attendez pas qu'il soit trop tard, car parfois, ça arrive beaucoup plus rapidement qu'on ne le pense.

Et vous, ça fait longtemps que vous avez vu votre maman? À quand remonte votre dernier beau moment avec elle? Racontez-nous une belle anecdote...

Salut! Merci pour l'intérêt que tu portes au Blog!

Si tu veux en savoir plus sur notre famille nombreuse, je t'invite à découvrir chaque membre de notre famille en cliquant ici!

  • Facebook
  • Instagram

Abonne-toi pour recevoir les articles de Famille Extra Large à chaque semaine avant tout le monde!

À propos du blog.

Stéfanie Prince, maman d’une famille nombreuse, créatrice du blog Famille Extra-Large. Je rêve d’une communauté tissée serrée, de familles, de mamans, de papas qui osent prendre la parole pour partager leur vécu ou leur opinion. Je me suis entourée d’une belle équipe de collaboratrices, et j’adore les découvrir un peu plus chaque semaine avec leurs écrits!

Collaboration et partenariat.

Communiquez avec moi par ici pour avoir plus de détail ou via l’onglet :

© 2020 Par Stéfanie Prince, Famille Extra-Large